Concours de nouvelles & appels à textes V

   Petite note d'information sur ce qu'il se passe sur la toile en terme de concours et d'appel à texte en ce mois d'octobre 2012. Il est vrai que je n'ai pas rédigé de billet sur ce sujet là depuis quelques temps déjà, bien qu'il n'y ait pas grand chose à se mettre sous la dent je vais tenter de me rattraper un peu. Passons ce petit écart de culpabilité et rentrons directement dans le vif du sujet.


  - La revue Etherval propose un appel à texte en vue de publication basé sur le thème suivant : "La mer". Il n'y pas vraiment de restrictions au genre, peu importe l’époque où se déroule l'histoire, elle doit juste obligatoirement appartenir aux trois genres littéraires que composent la SFFF. Une limite de 39.000 caractères est tout de même imposée, à 8% près. La date limite de dépôt est le 15 novembre  "La Mer, invite à plus de respect qu'à paraître un simple décor à votre histoire. Nous vous recommandons de la considérer non comme une simple passagère de troisième classe, mais bien comme l'une des actrices principales du récit. Puisse les alizés vous souffler l'inspiration."

  - Babel, la Ghilde des Mondes, recherche des récits originaux mais aussi des illustrations pour son troisième ouvrage collectif : Studio Babel. Le thème retenu ici est : En avant Mars ! Vous avez jusqu'au 15 novembre pour rédiger une ode, un récit, un poème de 15.000 signes maximum, en hommage à la planète rouge, à son mystérieux passé ou bien encore à sa future colonisation. Le reste des informations, ou pour vous inscrire au forum c'est par ici :
http://babel-lgdm.forumpro.fr/

   Voilà des concours assez sympathiques qui vous laissent tous les deux un bon mois pour vous atteler à la tâche. Concernant la science-fiction pure et simple c'est vrai qu'il n'y a pas foule au portillon. Et les thèmes sont toujours très larges pour permettent aux autres styles et sous genres de prendre place au jeu. Même si les concours et autres appels à texte restent un très bon moyen pour développer l'écriture en s'imposant des règles, de la discipline, le meilleurs moyen d'y prendre du plaisir est encore d'écrire pour soi, simplement ce qui nous passe par la tête où encore rédiger le rêve qu'on à fait la veille. Personnellement, j'ai beaucoup travaillé cette dernière pratique. Cela permet de s'exercer sur deux plans différents, deux univers intimement liés. De mettre en exergue la loufoquerie de notre imaginaire en tentant de le rendre plausible, ce qui à pour double effet : un considérable gain de mémoire et une auto-analyse non négligeable. Après tout l'imaginaire est partout, en chacun de nous, parfois latent, parfois enivrant mais toujours significatif.

Aucun commentaire: