La Fin du Monde, de la science-fiction ?

This is the end
   
   Ça y est, ça approche, c'est la fin. L'apocalypse n'est vraiment plus très loin. Elle nous a littéralement enrobé, du haut du crâne au bout des orteils. Elle ne peut plus se passer de nous et nous d'elle. Comme si nous vivions en symbiose depuis plusieurs années et que la vie avait un nouveau synonyme : la mort.



   Ayant depuis quelques semaines atteint des records de trafic sur un article que j'avais rédigé fin août et intitulé "Décadente Apocalypse", je me permets d'en refaire une tartine. Il est surtout intéressant de constater à quel point ce sujet est devenu transparent au sein de la société et qu'en arrière plan, l'individu seul et une fois installé sur sa chaise de bureau, se permet tous les "mots clés" possibles et inimaginables concernant cette fatidique date du 21 décembre : alignement des planètes, fin du monde , abri antiatomique etc. 
   Même si le sujet reste très discret, surtout lors d'une éventuelle discussion entre deux amis, force est de reconnaître qu'il n'est pas encore tout à fait démodé en ce qui concerne son exploitation au sein des médias "internet" et télévisuels. Moi-même étant le premier, de part la présence de cet article, de profiter d'une valeur rendue sûre grâce à internet, pour attirer un certain public dans la toile d'araignée de mon blog. Profiter des bonnes choses n'est pas un acte répréhensible, tant qu'une certaine éthique est conservée. 




Hold your breath and count to ten
   
   Je ne compte pas remuer le couteau dans la plaie, l'aspect technique ayant déjà été traité dans le précédant article sus-nommée. Je ne suis non plus pas là pour dire qui a tort et qui a raison, je pense que chacun est totalement libre de faire la part des choses. Pour certains d'ailleurs ce sera l'instinct de préservation, pour d'autres, juste de la peur et pour la majorité d'entre nous une ineptie sans nom. 
   J'ai récemment été surpris par l'intervention d'un auditeur sur une émission radio que je ne nommerai pas (qui commence par "grosses" et fini par "têtes") qui, de manière totalement légère et convaincue racontait comment il lui était venu l'idée de construire un abri antiatomique dans son jardin en y détaillant ses recoins et son utilité. 


Fallout shelter


   L'abri faisait - selon ses dires - quelques huit mètres carrés de superficie dont environ les deux tiers de l'espace étaient habitables. Six couchettes superposées par trois d'un côté et quelques étagères de l'autre, un système de ventilation et une réserve de nourriture pour trois semaines à un mois si je me souviens bien. Pas de quoi fouetter un chat, car on est loin de la base souterraine américaine ou de la Batcave. Mais ce monsieur avait réussi le pari de réunir assez d'argent pour lancer son projet et de rester suffisamment crédule pour le finir. Car il lui aura quand même coûté la bagatelle de 30.000 Euros. M'enfin, je ne juge pas, croyez-moi. Au bout du compte n'est-il pas naturel de se protéger et protéger sa famille. Dans le pire des cas, si ta famille te prend aussi pour un fanatique illuminé, il ne te restera plus qu'à  t'enterrer vivant et à retenir ta respiration en comptant jusqu'à dix en attendant que je-ne-sais-quoi passe : radioactivité, hiver nucléaire.
   Point d'ironie, car si cela devait vraiment arriver, en écartant le pourquoi du comment, ces gens-là auront d'une certaine manière anticipé l'imprévisible. Si tel est notre destin, une partie aura au moins réussi à se préserver, c'est ainsi que fonctionne le monde. 


Feel the earth move and then ...

   En attendant, beaucoup d'enfants ont déjà commandé leurs cadeaux de Noël, les calendriers de l'Avent vont bientôt ravir les gourmands et les lumières envahissent les rues, nous faisant oublier un court instant : la crise économique, le coût des énergies fossiles et la fin des temps. Le système est bien huilé et ce n'est pas une prédiction de plus qui fera la différence. En même temps il serait vraiment inconfortable de vivre constamment dans la peur,   se terrer chez soi en attendant le décompte funèbre ne ferait que précipiter l'arrivée de la Mort dans votre chaumière, avec un peu de chance elle pourra même s'inviter par la cheminée vous ôtant le privilège de pouvoir assister à la carbonisation des muscles fessiers de Santa Claus. 
   La fin du monde, fait ou science-fiction ? On le saura bien assez tôt. En attendant, ne changez pas vos habitudes, ressentez le mouvement perpétuel de la Terre, d'ailleurs comme disait mon père : Tant que la Terre tourne ... 

Aucun commentaire: