Le cycle d'Ender (4/4) : Les enfants de l'esprit

Garanti sans spoilers

Partie 3 : Xénocide



Peter et Val



    Ender n'avait à aucun moment pu anticiper ce qui arriverait lorsqu'il voyagea pour la première fois plus vite que la lumière. Au moment ou Jane, l'intelligence artificielle née du réseau philotique sur lequel sont branchés les ansibles des cent planètes, envoya pour la première fois un vaisseau dans le Dehors afin d’expérimenter le voyage supraluminique, Ender se retrouva nez à nez avec les doubles de son frère, mort depuis longtemps, et de sa soeur, beaucoup plus jeune. 

   Leur apparition fut sans équivoques et côtoyer Peter et Val devint une obligation pour tout le monde. Le plus dur était sans doute pour Valentine, elle qui devait maintenant supporter la compagnie d'un ersatz, d'une copie sensiblement plus jeune, plus belle et plus pimpante. 
   Peter, lui n'avait pas changé. Bien qu'il ait lui aussi retrouvé la jeunesse, il n'en demeurait pas moins agressif envers Ender et pouvait largement compter sur son animosité intrinsèque pour se faire haïr de toute la populace. Ender allait devoir les utiliser avec intelligence, ce n'est pas parce que Peter et Val suscitaient maintenant l'aversion qu'ils ne pouvaient pas être utiles au plan que les Lusitaniens devaient mettre en place pour sauver leur espèce. 


Le petit docteur

   La flotte stellaire se rapprochait rapidement et serait bientôt prête à faire feu pour détruire Lusitania, la Descolada et désintégrer tout être vivant n'ayant pas eu le temps de prendre la fuite. Car, c'était bien ça, le plan d'Ender, fuir Lusitania en utilisant le voyage supraluminique développé par Jane en emportant un maximum d'humains, de doryphores et de piggies aux confins de la galaxie et de repeupler des planètes viables découvertes au préalable. C'est précisément ce dont sera chargée Val : l'exploration de planètes. Tandis que Peter de son côté devra se rapprocher au plus près du congrès stellaire afin de trouver des personnes influentes dans le but de rapatrier la menaçante flotte lourdement armée qui fonce sur eux.
   
   Le petit docteur, quant à lui, est un désintégrateur moléculaire qui pourrait réduire Lusitania en poussière en deux coups de cuillère à pot. Évacuer la planète le plus vite possible et construire encore plus de vaisseaux capables de tenir dans le Dehors afin voyager plus vite que la lumière sont les mots d'ordre d'Ender. Ce sont les doryphores, maîtres en matière de constructions spatiales qui seront chargés de l'élaboration de ces nouveaux bâtiments. Et c'est tout en comptant sur l'intelligence et la sagesse des Arbre-pères, la troisième vie arboricole des piggies dont la symbiose est l'oeuvre de la Descolada que les Lusitaniens mettront tout en oeuvre pour préparer la grande exode. 



'La vie est une mission suicide'



   Les enfants de l'esprit (Children of the Mind) achevé en 1996 est édité en 2000 aux éditions "j'ai lu". Si chaque tome de la série devait avoir une identité celui-ci serait représenté par la philosophie. La discontinuité du ton narratif est vraisemblablement le point fort de Card, on ne s'ennuie jamais et le texte s'enrichit page après page. Même si je crois avoir souligné à plusieurs reprises les quelques longueurs dont souffre cette série, elles ne sont généralement pas interminables car Card nourrit par bribes, le lecteur, de descriptions technologiques, de phrases philosophiques et de situations intensément humaines. Cette fine approche théâtrale fait de ces oeuvres une série extrêmement émouvante pour peu qu'on soit sujet à l'amour et à l'empathie. 
   Une fois cette quadrilogie achevée, il demeurait en moi une forte envie de me nourrir encore et encore de cet univers, de ces personnages et de cette écriture inventive, métaphysique et sans tabous. 
  


Qui a dit que c'était fini ?

   Le quatrième et dernier opus du cycle d'Ender aux éditons "j'ai lu". ce qui évidemment ne veut pas dire qu'il s'agit là du tout dernier roman de Orson Scott Card nous racontant l'univers dans lequel évolue Andrew wiggin le porte-parole des morts. 
   Car d'un côté se situe deux romans, A War of Gifts (non traduit) mais disponible en version originale et Ender l'Exil parut en juin 2010 aux éditions l'Atalante (collection La dentelle du cygne) que l'on ne peut pas vraiment qualifier de suite au sens propre - bien que chronologiquement ils ont été écrits postérieurement - mais qui font néanmoins partie du cycle d'Ender.
   Et d'un autre côté se situe La saga des ombres, le cycle parallèle à La stratégie Ender qui peut se lire avant ou après ou indépendamment et qui est composé de cinq nouveaux tomes dont quatre traduits de l'anglais pour le moment :

- La stratégie de l'ombre, (1999)

- L'ombre et l'Hégémon, (2000)

- Les Marionnettes de l'ombre, (2002)

- L'ombre du Géant, (2005)

- Shadow in flight (2012)

- Shadow Alive (en cours)

   Orson Scott Card est un auteur qui est loin de prendre sa retraite et dont la bibliographie me réserve encore bien des surprises.


Quoi d'autre ?

    Sachez enfin qu'il existe une adaptation du cycle d'ender (Ender's Game) en bande-dessinée publiée chez Marvel Comics, mais qui malheureusement n'a pas encore été traduite, mais dont les numéros peuvent se trouver en plusieurs endroits. Mais le plus intéressant (ou pas) serait évidemment son adaptation cinématographique.    
   Adaptation qui a déjà fait pas mal de mousse sur internet, entre les fausses bandes-annonces (comme celle-ci : Ender's Game Movie Trailer) et les interviews de Card sur le sujet, il y a de quoi jaser pour le moment. Tout comme il y a quelques années avec l’éventuelle adaptation de 'Rendez-vous with Rama' de Arthur C.Clarke par David Fincher et Morgan Freeman qui est avec le temps est devenue une sorte de chimère médiatique. 
   Quoi qu'il advienne et en attendant de potentiels dérivés d'Ender et de sa petite famille, je ne pourrais que vous conseiller de lire et de relire cette magistrale saga qu'est le Cycle d'Ender. Car tout ce que vous avez pu lire sur mon blog jusqu'ici la concernant, n'est qu'une infime partie de ce qu'elle a réellement à vous offrir.

Aucun commentaire: